40

[TECH] Mon Workflow ou Flux de production

Après de nombreux mails, j’ai décidé de rédiger ce petit article pour vous expliquer en détails ma façon de travailler.

Le flux de production est une étape importante à ne pas négliger pour un photographe. En effet, il passera souvent plus de temps derrière l’ordinateur qu’à la prise de vue. Cela n’est pas forcément spécifique aux utilisateurs des reflex numériques. Nos chers photographes équipés d’argentiques, avaient aussi de longues heures de travail dans leur chambre noire, en laboratoire ou encore devant un écran afin de scanner leurs œuvres! J’espère donc que nous pourrons échanger sur nos pratiques, afin de passer de plus de temps derrière les petits écrans LCD de nos boitiers, plutôt que sur nos très grands écrans d’ordinateur ;-)

Je n’aborderai pas ici, le sujet de la pré-production (préparation), car il est propre à chaque type de photos, et donc très spécifique selon moi. Cependant, lors d’un prochain post j’essaierai de vous dévoiler mon organisation avant mes shootings.

Chez moi, la post-production commence sur le chemin du retour d’un shooting (métro ou train). Voire même, sur le terrain, notamment pour mes mariages. J’ai tendance à effectuer un tri directement sur le l’écran du boitier. Je vérifie essentiellement la netteté de mes photos avec le zoom maxi en mode lecture. Ceci est généralement déconseillé, mais il faut admettre que l’écran LCD du 5D Mark II est assez fidèle grâce à sa définition (avec le 50D, 500D, 550D , 7D et 1DMK4). Je ne conseillerais pas de faire ce type de sélection sur un écran avec une résolution de moins de 920 000 points. En effet, en dessous de cette limite, la précision des détails ne sera plus aussi pertinente. Dans ce cas, Mieux vaut attendre le chargement sur un ordinateur. Cette étape permet de libérer un peu d’espace sur la carte mémoire et fera gagner pas mal de temps lors de l’importation et de la sélection sur l’ordinateur. Attention, cependant de ne pas effacer les photos trop vite ! Pour les impatients, attendez d’arriver à la maison ;-)

Parlons maintenant de la post production.

Les pré-requis :

  • Un ordinateur assez puissant. Pour ceux qui comptent bientôt changer leur configuration, ne sous-estimez pas la puissance de ce dernier sous prétexte que vous ne faites « que de la photo ». La photographie demande et demandera beaucoup de ressources. Surtout si vous shootez en RAW avec des boitiers de très haute résolution (> 15MP).  Personnellement je suis un fervent partisan d’Apple et j’utilise le plus puissant du moment (mai 2010), L’Imac 27″ Icore 7 (quatre coeurs) 2,8ghz, 8go de RAM, 2To de disque dur. Les performances sont très bonnes, similaires à celles du Mac pro 2,26 ghz quad core. Étant un utilisateur Mac, je ne peux donc, que vous conseiller les configurations suivantes en fonction de votre matériel photo :
    • Vous shootez principalement en JPEG, et utilisez LR ou Aperture : Minimum requis, Macbook pro 15″ ou Imac 20″, avec un Intel Core 2 Duo 2,0 GHz, 2GO RAM
    • Vous shootez en RAW < à 15MP et utilisez LR ou Aperture : Minimum requis, Macbook pro 15″ ou Imac 20″ min avec un Intel Core 2 Duo 2,4 GHz min, 4GO RAM
    • Vous shootez en RAW de 18 MP et + et utilisez LR ou Aperture : Macbook pro 15″ ou Imac 20″ min avec un Intel Core 2 Duo 3,06 GHz min, 4GO RAM. Vous l’avez compris, plus votre boitier coutera cher, plus votre ordinateur sera cher.
  • Une sonde de calibration. Si vous êtes un amateur débutant, la sonde n’est pas forcément la priorité. Du moins, l’importance d’une sonde sera liée à la qualité de votre écran. Les écrans de PC bas de gamme peuvent réserver bien des surprises. Les contrastes et couleurs affichées peuvent être complément altérées ! Attention donc, à votre station de travail. Sachez également qu’une bonne sonde sur un écran premier prix ne vous sera pas bien utile. Seuls les écrans moyen/haut de gamme peuvent pleinement exploiter une calibration. Les Macs eux, équivalent à des PC haut de gamme. De ce fait, la qualité des écrans est bien meilleure (vous payez aussi le prix). Sur certains de mes macs, il m’est arrivé de constater une négligeable différence entre un profil de couleur de base, et un profil étalonné : Mon article sur la Sonde Spyder 3. Par contre, si vous êtes un amateur Expert, un semi-pro ou pro, alors cet achat pourrait vous être très utile !
  • Un lecteur de Carte. Le lecteur n’est pas forcément indispensable en soit. Cependant il sera grandement pratique si vous avez à décharger plusieurs cartes mémoires. De préférences, essayez de choisir un lecteur assez rapide et des cartes mémoires véloces également. Personnellement, j’utilise des 300 et 400X (45 et 90Mb/s). La vitesse de la carte évitera également des échecs lors de grosses importations (8-16go) et d’attendre 2 minutes pour que la carte apparaisse simplement. Les 133X sont donc à éviter.
Utilisez un lecteur de carte.

Un lecteur bien pratique de Lexar

  • Sauvegardez avec des disques durs externes. Oui « des » ! En effet, vos souvenirs, et vos œuvres font partie de votre patrimoine. Vous devez donc les sauvegarder avec une certaine paranoïa. Sachez que dans les grande entreprises, le changement de disque dur se fait tous les trois ans, afin de prévenir des éventuels dysfonctionnements. C’est pour cela, que dans mon organisation, j’ai trois disques durs externes (voir plus bas). Un pour le contenu de mon ordinateur (dont mes photos), un pour ma banque Aperture et un dernier exclusivement réservé à mes masters RAW et ma bibliothèque Aperture. Veillez pour cela, à travailler « en référencé », au lieu d’intégrer vos photos dans votre base de donnée !

La question du support de sauvegarde :

Pour ceux qui shootent en Jpeg, le DVD peut être considéré comme un support de sauvegarde. Mais personnellement je ne les aime pas. Je préfère largement les disques durs. Je photographie exclusivement en RAW. De ce fait le DVD est d’emblé écarté à cause de ses « faibles » capacités de sauvegarde. Le disque dur, est lui un peu plus cher, mais il permet de réaliser des sauvegardes quotidiennes et incrémentielles (on ne remplace que les éléments modifiés). Tout ceci en évitant les délais de gravure et des DVD qui s’empilent. Attention cependant à la durée de vie théorique des disques durs (100 ans). Ces derniers, s’ils ne sont pas utilisés une fois par an, ont plus de risques de tomber en panne. Autre problème, le risque de présenter des dysfonctionnements (Erreur de lecture/écriture) supérieur au DVD… Malgré ces défauts, il reste le meilleur compromis pour les photographes sérieux ;-) . Vous savez ceux qui shootent en Raw ?

Voir un Article sur les différents supports

Par ordre chronologique,  je procède ainsi :

  • Création d’un album sous Aperture ex : « Année_mois_jour_Titre »

Organisation de mes dossiers

  • Importation des fichiers RAW :
    • pré-réglages appliqués automatiquement sur les RAW à l’importation : Contraste + 0.06, Éclat +0.28, et +0.2 d’exposition. Je n’applique que très rarement l’outil saturation. Je préfère bien plus l’ajustement de l’éclat. Il est plus subtil et moins destructeur que la classique saturation.
    • Sous Aperture 2, j’appliquais les mêmes paramètres sur l’ensemble des photos, juste après l’importation. La fonction directement intégrée à l’importation d’Aperture 3, est donc un réel gain de temps !
    • Ensuite, j’attends qu’Aperture traite bien toutes les vignettes (un peu long pour 1000 photos).
    • L’importation terminée, je n’efface pas encore le contenu des cartes mémoires, surtout PAS ! C’est le premier backup.

Assistant d'importation sous Aperture 3

  • Tri et sélection des photos, en passant par la suppression des images floues, des mauvais cadrages, etc.
  • Revue des photos une par une, pour un ajustement plus précis de la balance des blancs, de l’exposition, du contraste et de l’éclat. Si nécessaire j’ajuste également les tons clairs et les tons foncés (ciel blanc par exemple). Attention de ne pas abuser avec cet outil !
  • Pour les retouches minimes comme l’effacement des poussières du capteur, les recadrages, redressements, ou le gommage des défauts cutanés s’il y a,  je reste sous aperture.

Remarque : Je n’applique pas de filtres de netteté car je déteste le rendu donné aux photos à l’exportation. Par expérience, cela se voit très vite. Pour le bruit, même chose. Je tente à la prise de vue de soigner le plus possible mes photos, afin de ne pas appliquer des filtres de « sauvetage ». De plus la réduction du bruit s’accompagne forcément d’un lissage et d’une perte de piqué.

Export d'un JPG avec le filtre netteté fortement appliqué à droite. Le contours de l'oeil a un rendu désagréable.

  • Pour les retouches majeures (très rares en mariages) j’utilise Photoshop, toujours dans Aperture.
  • Pour les noirs et blanc, j’utilise Silver Efex de Niksoftware directement sous Aperture. Ce plug-in est vraiment un des meilleurs outils de noir et blanc du marché. Un véritable laboratoire, qui vous permettra de donner un rendu exceptionnel, « quasi-argentique » à vos Noir et Blanc!
  • Lorsque tous les traitements sont terminés, je passe à la classification. Notation par étoiles des photos et attribution de mots clefs.
  • Enfin j’exporte toutes les photos en Pleine résolution et en Basse résolution pour la livraison sur DVD.
  • Je concoit mes Livres photos exclusivement sous Aperture. L’outil de conception de livre, est une pure merveille, et vous permet d’avoir sous la main toutes vos photos, classées et notées. Depuis la Version3, on peut également créer des livres photo hors Apple, comme les luxueux Couture Book, ou les très (très) sélectes Queensberry.
  • Les diaporamas nécessitent souvent une sélection supplémentaire, ainsi qu’un recadrage en 16/9 pour un meilleur affichage sur les écrans de TV. Depuis la fonction diaporama d’Aperture 3, je les conçois au sein même du logiciel et passe par Idvd pour fabriquer le menu et graver le DVD.
  • J’exporte ensuite toutes les photos du mariage sur une galerie web créée via le plugin de Photoshelter pour Aperture (existe la même chose pour LR) ou via le logiciel d’export sous MacOSX/Windows. Grâce à cette galerie (protégée par un mot de passe) Photoshelter, les invités peuvent télécharger ou acheter des tirages, partager les photos sur Facebook ou Twitter ou encore afficher un diaporama. Exemple de galerie web. La partie photographie est maintenant terminée. Passons maintenant à la sauvegarde !

Le Plug-In de Photoshelter pour Aperture

Exemple d'une Galerie Photoshelter

  • Première sauvegarde automatique et sans prise de tete grâce au fabuleux Time Machine.
    Ici, tout le contenu de mon ordinateur est sauvegardé dont Mes RAWS et le fichier « .aplibrary » (bibliothèque Aperture avec les retouches, classements, mots clefs) sont sauvegardés.
  • Seconde sauvegarde de ma bibliothèque aperture via les banques d’images de l’application.

Sauvegarde de la bibliothèque Aperture sur HDD externe

  • Troisième sauvegarde semi-automatique de mes RAWS et du fichier « .aplibrary » d’Aperture, présent dans le répertoire Images de mon mac. Pour cela j’utilise la sauvegarde hebdomadaire du logiciel Personal backup X5. Ce troisième disque dur ne reste pas branché sur  mon ordinateur. Après la sauvegarde il est rangé dans un endroit secret afin d’éviter tout vol ou destruction…

Sauvegarde incrémentielles programmées sous Personal Backup X5

  • Je peux maintenant effacer ma Carte mémoire en toute sécurité. Toujours formater sa carte après chaque usage ! D’un coté, cela évitera de vous retrouver avec une carte pleine lors de votre prochain shooting et de l’autre, vous aurez moins de risque d’erreur de carte (croyez moi j’ai perdu une Lexar 8GO 300X comme ça).

Résumé schématique (cliquez dessus pour agrandir) :

workflow flux de Production

Mon flux de Production

En savoir plus :

Où acheter :

J’attends vos remarques et vos conseils !

Be Sociable, Share!

A lire également :

  1. [TECH] HDR vs. Outil Tons Clairs/Foncés
  2. [TECH] Le rendu du Sraw est-il réellement celui du RAW ?

Commentez avec Facebook !

40 réactions

16.05.10

Toujours très intéressant de te lire ! De vrais petits bijoux d’infos pertinentes se cachent dans tes billets.

16.05.10

Une question sur la vente via Photoshelter. Pourquoi pratiques tu ainsi et pas directement avec les invités ? (je suppose pour une question de logisitique, mais simple confirmation :) )
Et cette vente via Photoshelter consiste en quoi ? (vente de tirage ? de fichier JPEG ? qui gère les tirages si besoin ? )

Et sur la sauvegarde « banque », c’est quelque chose de spécifiques à Aperture ? Je n’en ai jamais entendu parlé. ENfin, simple curiosité là, j’utilise Lightroom personnellement.

16.05.10

@ Simon : Merci, je vais tenter de moins les cacher alors ;-)

@ Mr Eddy : Directement avec les invités ? mais après le mariage on ne se voit plus ?
En fait après le mariage, je communique aux mariés l’adresse de la galerie (avec un nom de domaine personnalisé en .com). Comme ça eux, peuvent la communiquer à tout leur entourage. Le process de vente se fait ainsi : Sélection des photos sur photoshelter (tirages tout format, tout papier, téléchargement direct de JPG en 21MP), validation du panier, paiement par carte ou par paypal. Je recois un mail avec le détail et à partir de là deux alternatives :
- Tirages classiques, cela se faut automatiquement par photoshelter (on a le choix du fournisseur) du coup on ne fait rien;
- Tirages Fine Art, je préfère le faire moi même via un labo.

Pour la sauvegarde de la banque, LR a je crois un système similaire appelé catalogue ?
http://www.lemondedelaphoto.com/La-sauvegarde-sous-Lightroom,555.html

Très bien foutu dans aperture, on a juste à cliquer sur un bouton pour la sauvegarde de la banque.

16.05.10

ça c’est du billet sur un workflow, merci, toujours aussi efficace., sympa.

Quelques ressources du côté PC, je reste un amateur passionné ;)

Personnellement, je suis PC jusqu’à présent (étant informaticien de métier sous cette plateforme mais un jour pt être que je passerai sous Mac), j’ai opté pour ma part pour un (trans)portable Clevo (D900F avec un i7 desktop, http://www.clevo.com.tw/en/products/prodinfo.asp?productid=19), pour sa puissance car comme tu le dis, il en faut, et si possible un Quad core pour les traitements avec des fichiers de plus en plus volumineux (du 400D au 50D, le fichier RAW est passé de 10 Mo à 20 Mo).

Pour le stockage / backup, j’ai préféré investir dans un NAS Synology (209II+ http://www.synology.com/enu/products/DS209+II/index.php) avec 2DD de 1 To en RAID-1 (disques miroirs), un peu cher mais terriblement efficace, et fonctionne également sous Mac. Il offre d’autres fonctions intéressantes : serveur multimédia, backup bien entendu (synchronisation en tps réel entre le portable et le NAS), serveur Web (photos, blog), etc – pour le tri, je trie de façon la plus simple : AAAA-MM-JJ titre, mais sans catalogue Aperture ou LR, un jour pt être.

Pour les logiciels, j’utilise DxO Pro et Photoshop pour la finition (contraste, netteté, …) ou application de filtres, et je ne désespère pas de me mettre à LR. Pas d’Aperture possible, cette suite n’existe pas sous Windows. J’avais essayé Silver Efex et c’est vrai qu’il est un tout petit peu au-dessus de DxO Films Pack (http://www.dxo.com/fr/photo/filmpack/available_film_looks) que j’ai et qui rend d’assez bon service.

Enfin, la sonde, je n’ai pas encore investi dedans mais j’y ai pensé plus d’une fois – même si je n’ai pas encore tout à fait compris comment cela pouvait fonctionner. En tout cas, qd je vx effectuer des tirages perso (sur darqroom par ex), j’ajuste les photos, car elle sont ds ce cas plus contrastées chez ce labo que ce que je px voir sur mon écran. Je pense que la sonde pourrait aider dans ce cas (profil ICC ?).

Pas mal PhotoShelter qd tu es un pro, je suppose bien que ça doit ê pratique.

Question si ce n’est pas indiscret, tu passes par quel labo pour des tirages svp ? je cherche des retours d’expérience.

merci encore !

16.05.10

Merci beaucoup pour ce workflow fort intéressant :-)

Julien

16.05.10

Ah Aperture appelle ça banque :)
Concernant le choix du tirage (via photoshelter ou « fine art »), c’est le client qui décide ou toi ? De ce que j’ai lu, il y a 2 systèmes : « Automated print & product fulfillment » et « Sell self-fulfilled prints »
Mais je ne comprends pas comment ça se gère côté prix. Dans le 1er cas, c’est un de leur labo qui gère tout, mais ils parlent de choisir nous même le prix -_- Tu peux m’en dire plus ?
Pour le second, si j’ai bien compris, on donne un prix, on reçoit les sous et après à nous de lancer la commande de l’impression et livrer le client. Tu confirmes ?

Et par fine art, tu entends quoi ? (je réserve ce terme à un tirage sur papier fine art justement, et pas du tirage de « base », et j’ai l’impression qu’on le galvaude un peu pensant qu’il suffit d’un « grand » tirage pour parler de tirage du niveau de celui d’une véritable expo)

Encore sur photoshelter, t’as pu prendre l’option de paiement directement sur ton compte ? (paypal prend des frais, je ne sais pas si cette option donne lieu à des frais ou non, je n’ai d’ailleurs pas bien compris comment elle fonctionne)

En tout cas je vais m’intéresser de près à ce site. Un moment que je le connais, mais je me dis que ça peut être bien utile pour les ventes justement.

Au passage, pour le filtre de netteté, tu n’en appliques donc aucun ? Il faut bien un minimum, les RAW étant par défaut très mou. Et de ce que j’ai cru comprendre, tu ne shootes pas en jpeg.

16.05.10

J’avais eu une version « intime » de ce process mais c’est bien d’en avoir fait une version que je peux consulter à souhait hihi.
Bon par contre pour les ordinateurs, je te trouve un peu méchant quand même mais connaissant ta passion pour les Mac et ton aversion pour la « demi-mesure » que je respecte tu le sais ;) car avec mon Macbook Pro au processeur dual core 2,53Ghz et 4Go de Ram, tout va bien pour le traitement des 21Mp. Là où je suis lent, c’est sur l’upload des photos entre appareil et ordi (mais ça c’est dû à la lenteur de mes cartes, je pense).
Bon, en tout cas toujours un excellent travail sur ce blog et…tu m’as redonné envie d’aller traiter toutes mes photos « oubliées » de San Francisco..

16.05.10

Salut

Merci beaucoup pour cet article très intéressant !
Petite question: comment fais-tu tes « watermarks » ? Aussi avec Aperture ?

16.05.10

Merci de partager ce workflow très intéressant. Je suis completement d’accord sur les remarques concernant le stockage (deux copies, et sur disque dur, les supports sont trop fragiles).

@Olivier: attention aux NAS. Ils sont effectivement une excellente solution de stockage, mais pas de sauvegarde. Même si tu as une copie de tes photos sur ton NAS, ce NAS est branché sur le même réseau électrique que ton PC/Mac, et subira donc les mêmes dommages en cas de foudre, de surtension, de micro coupure, … bref toutes les petites tracasseries que les disques durs n’aiment pas, et le RAID-1, RAID-5 ne serviront a rien dans ce cas.
Donc le NAS est intéressant, a condition de le sauvegarder régulièrement avec un disque USB que tu peux débrancher et mettre à l’abri. Ce qui revient aux 2 copies décrites dans cet article.
Tout cela fait un peu parano, mais nous n’inventons rien: les entreprises pratiquent cela depuis le début (duplication des disques, sauvegarde, puis duplication de certaines sauvegarde pour les mettre off-site).

16.05.10

@Olivier : Merci Olivier. Je ne connaissais pas Clevo. Le moins que l’on puisse dire c’est que ça à l’air solide vu l’épaisseur du portable ;-)
Le raid miroir me fait un peu peur. Surement du à mon ignorance de ce coté là. Si un disque dur crève. du coup les autres ne voyant plus de donnée s’effacent ou arrivent à détecter la panne et gardent les données ? je ne sais plus quel RAID a ce défaut.

Quant à la différence de contraste, il est possible que ça puisse venir de ton écran/calibrage/profil. En effet DxO FilmPack a l’air similaire, mais est-il aussi intuitif et ergonomique ? S’utilise t’il sous aperture ou LR ?

Pour mes tirages manuels je suis chez Darqroom ;-)

@Julien G : Cool que cela puisse aider.

@Mr Eddy : Ah la sémantique informatique… Oui sur photoshelter tu peux la vente auto, où les clients commandent via ta galerie, mais l’impression part direct chez EZprint par ex. Si tu choisis le self-fullfilment alors tu reçois juste l’avis de paiement et la liste des photos. A toi ensuite de trouver ton fournisseurs et commander via leur site. (Darqroom pour moi)

Dans tous les cas tu peux fixer tes prix, via des profile personnalisés. tu peux tout préciser, TVA, discount selon qté, prix de la photo, prix min / commande, frais de port, discount sur frais de port…Tu peux même prévoir des codes promos..bref c’est cool. Même hors tirages on peut t’acheter les droits de ton image pour la TV par exemple. Tu fixe le prix de départ, puis photoshelter selon pleins de critères de diffusion, lieux, supports etc, pondère le prix pour parfaire le pricing.

En fait Photoshelter te prends des frais, « Transaction fee de 10% le prochain mois ». Je n’ai pas constaté de prélèvement paypal. Rien d’exorbitant.

Je déteste les filtres netteté comme précisé. Bien sur je configure ma netteté RAW sur 6-7/10. mais ça n’a rien à voir avec un filtre en post prod qui est de la retouche et non du développement RAW.

Si photoshelter te passionne tu peux t’abonner avec mon code : ME2BA5RK5T
Tu auras des franchises sur tes transactions et 30$ de bienvenue. Mais j’attends un mouvement du coté de Darqroom sur ce business. Tout dépendra de leur tarif, mais s’ils sont moins chers je retournerai chez les frenchies ;-)

@ Brian : Je suis très méchant avec les PC ! Forcément, ils m’ont maltraité durant plus de 10ans. Non je ne suis pas dur, je viens de me rendre compte que j’ai oublié la vitesse des procs des portables pour les 18MP et +. Merci. 2,53ghz c’est super en effet.

@jp : Oui avec Aperture.

@Emmanuel : Tout à fait pour le NAS et le réseaux électrique. C’est à ça que sert mon 3ème HDD de « tiroir ».

16.05.10

Tu peux en dire plus sur « comment tu fais » pour tes watermarks? A moins que tu aies déjà publié un article sur le sujet…
Merci ;-)

16.05.10

@Emmanuel : pour le NAS, je comprends bien – il est lui aussi backupé sur un DD externe en USB (Synology propose d’automatiser tout ça) mais cela reste au même endroit effectivement. Le Syno propose également un backup vers Amazon S3 (j’ai un compte), il faudrait que je le tente, mais surtout voir le prix que cela me couterait. Le tout est bien sûr ondulé (ça coûte plus grand chose un petit onduleur / appareil contre les surtensions), en cas de coupure, c’est plus sûr. Le backup coûte cher, c’est certain.

@Masden : il va falloir que je tente une calibration, car j’imprime avec Darqroom aussi, et le rendu n’est pas à l’identique (+contrasté donc) sur mon écran. Pour le NAS, si un disque meurt (c’est déjà arrivé), le NAS le signale (par une alarme), à toi de le changer, il reconstruira automatiquement les données entre les 2. Clevo est réputé chez les gamers, très demandeurs en performances, il intègre des composants desktops dans un portable (Core i7 par ex). Le mien accepte 3 disques (j’en ai 2 à 7 200 tours /mn au lieu de 5 400 habituellement et 1 SSD pour le système et les applications qui demandent de la vitesse disque, le SSD est 3x + rapide qu’un disque normal de portable). Enfin, pour DxO Film Packs, il est soit en appli seule, soit en plugin Photoshop.

16.05.10

@Masden: avec le RAID-1 (miroir), le risque est minimum. Le controleur va simplement ecrire la meme chose sur deux disques differents. Avantage: redondance. Inconvénient: la surface utile est la moitie de la surface brute achetee (1 To utile pour 2 To acheté). En cas de pepin, dans le pire des cas, il est toujours possible de recuperer les donnees en effectuant une analyse de surface. Avec le RAID-5, les données sont réparties sur une grappe de disque, avec une valeur calculée appelée checksum (qui sert a verifier et reconstituer les donnees). Avantage: tu consommes moins de disque (rapport brute/utile d’environ 1,3 a 1,5). Inconvenient: en cas de probleme au niveau du controleur, retrouver les données est plus complique, voir impossible, et la seule solution est de reperer le controleur, ce qui n’est pas toujours possible.

Sinon, comme souligne par Olivier, si tu prends du materiel serieux (Synology, QNap, …), le systeme te previent des defaillances, et te laisse donc la possibilite de changer le disque defectueux avant la panne total.

A ce sujet, tu as tout a fait raison sur le delai de 3 ans. C’est a peu pres la durée de vie d’un disque qui tourne 24/7 a temperature et hygrométrie constante dans une salle informatique. Les disques SATA etant d’ailleurs beaucoup plus fragiles que du SAS ou du SCSI.
Bon j’arrete, sinon je serai encore là demain matin (c’est « un peu » mon metier, en fait).

@Olivier: un NAS syno sauvegardé te donne un tres bon niveau de securite. Il ne te reste plus qu’a debrancher le disque USB. J’ai egalement pense a la sauvegarde en ligne, sans reellement regarder de pres, ni les couts, ni les niveaux de securite offerts.

16.05.10

@jp : Non pas encore, mais comment dire, c’est un peu long à expliquer ? car bcp de bricolage pour bien le placer. moyen l’outil. Mais c’est le résultat qui compte.
Tu veux savoir comment on fait un watermark ou comment le faire avec aperture ?

@olivier : Belle capacité en effet !
Pour DXO mouais alors. je préfère les solutions « intégrées ».

16.05.10

@ emmanuel : Merci pour ces précisions. J’étais geek info, je suis devenu geek photo, donc j’ai un peu perdu ;-)

16.05.10

@Masden clairement, ça m’intéresserait. D’autant plus que l’opération ne parait pas évidente à priori dans Aperture et que tes watermarks donnent très bien !

16.05.10

Pour les watermark il existe moultes tutos sur le net. Un script photoshop est efficace par exemple.
Sinon Mogrify pour Lightroom est parfait ;-)

Sur Phooshelter me semble vraiment bien. Le coup de la gestion de la vente meme pour des diffusions (Tv, autre) m’intéresse beaucoup. Toutes tes photos sont en self-fullfilment ? Tu aurais un lien à me montrer ? (en privé si besoin)

16.05.10

@jp : Ok, sous Aperture 3 tu peux aller dans le menu « Aperture »>pré-réglages>exportation d’image. Puis détermine un profil d’exportation et en bas à droite de la fenetre clique sur choisir une image ! après à toi de faire le reste ;-)

16.05.10
16.05.10

@ Masden => merci, je teste ça !

16.05.10

@Masden : « Pour mes tirages manuels je suis chez Darqroom » : tu as un profil ICC que tu as créé avec ton sonde c’est ça ? j’vais investir dans ce cas. Darqroom parait pas mal pour leur offre tirages – en revanche pour le partage photo, je lui préfère Flickr, loin devant.

16.05.10

L’avantage avec darqroom c’est la solution site web bien plus esthétique que photoshelter. leurs thèmes font vraiment pro !

Pour les profils je choisis « aucun – mode expert » comme ça mes réglages ne sont pas touchés.
sur mon ordi j’ai celui de la sonde logiquement

16.05.10

J’ai été sur ton lien et j’ai un souci. La vente de photo par téléchargement à but commercial est à des prix exorbitant !
Pour une utilisation web, sur un an en format maxi 728×900, c’est 1000€.
Un flyer pleine page commence aussi à 1000€.
Du coup je me demande, tu as déjà fait des ventes à but commercial via Photoshelter ? C’est très loin de l’argus d’UPC tout ça, argus qui est déjà correctement placé.
Tes prix à l’impression par contre sont tout à fait « normal ».

Et sinon, c’est quoi l’impression « Premium paper Matte or Glossy » que tu proposes ? Le reste, c’est sur FUJI DPII, ce que propose aussi Négatif Plus et c’est tiré sur du mini-lab Fuji si je comprends bien.

16.05.10

Oui loin de l’argus de l’UPC, mais tu peux définir une base moins chère…

C’est le papier proposé par Darqroom FUJI DPII. Décidément ils ont beaucoup de points communs c’est deux là, hum hum..

16.05.10

Pour Photoshelter, je vais tester ça dans la nuit probablement ou demain.
Pour cette histoire de Fuji, en fait ils utilisent a priori tous des mini-lab de cette marque et donc le papier qui va avec. Ce n’est qu’à partir du 20×30 qu’on a droit aux Epson Stylus haut de gamme, mais là le moins cher commence à 12€ et quelques chez Négatif Plus contre 2€ et quelques pour la meme taille version mini-lab.
Bref, voilà pourquoi je regarde de près ce qu’il en est.

Et quel est alors ce papier Premium qu’on voit dans tes options d’impressions sur Photoshelter ?

16.05.10

Superbe explication, merci de nous faire partager tout ça !

16.05.10

Bravo, je sait comment je vais opérer maintenant, faut sérieusement que je comprenne la librairie d’Aperture depuis le temps :s, et que j’achète du disque dur. Par contre, un conseil d’un bon disque dur aussi silencieux que le imac 27″ ??

16.05.10

Non pas vraiment mais moi jachète que des Western Digital !

16.05.10

Non pas vraiment mais moi je n’achète que des Western Digital !

16.05.10

Des précisions concernant l’importation. Il me semble que tu n’importes pas dans la librairie d’aperture, mais dans un dossier spécifique.
Question : pourquoi ne pas tout intégrer dans la librairie ? Personnellement je ne le fais pas, car j’ai cru découvrir que Time Machine sauve l’intégralité de la librairie à chaque petite modification.

L’export dans les banques, si j’ai bien compris, revient à créer une librairie complète avec l’intégration des RAW + les modifications/paramètres). Est-ce bien le cas ?

Je serai ravi d’avoir un billet sur la mise en place et l’utilisation des profils aussi bien écran qu’imprimante. Ainsi que de l’utilisation de l’épreuvage à l’écran ;)

16.05.10

J’en reviens à la deuxième sauvegarde (par banque). Et je confirme donc que tu ne sauves que la librairie, cette dernière ne contenant pas les .raw d’après la capture d’écran des réglages d’importation. Me trompe-je ?

16.05.10

@Kagou : J’importe en effet dans un dossier spécifique, mais via aperture bien sur.

Non, je ne veux surtout pas intégrer mes photos dans ma librairie. Ca c’est bien avec des JPEG de 5 MP. mais avec mes raws, pas question. Par exéprience, le fait d’intégrer les photos dans la librairie rend galère et très longue la copie manuelle de cette dernière en cas de besoin. De plus, je veux garder mes dossiers accessibles facilement afin de les copier sur un autres HDD sans avoir à rentrer dans ma librairie via le finder.

Les banques sauvegarde ta librairie. Si tu travaille en référencé, tes raws ne seront pas sauvegardés.

Je ne suis ni assez interessé, ni calé sur les profils pour en faire un article. Je les utilise juste. Et ca me convient pour mon travail.

Tout a fait, les raws sont dans un autre dossier. Je les sauve via time machine + une autre sauvegarde Hebdomadaire.

16.05.10

Merci bien :)

16.05.10

Ton workflow est intéressant. Cependant, je ne te trouve pas encore assez parano ^^.
Je en sais pas si je suis sous le règne de la malchance, quoi qu’il en soit, j’ai déjà perdu des données avec sauvegarde sur ordi + disque dur.
Actuellement, ce que je fais (bon c’est vachement geek) est un upload automatique vers mon flickr, sauvegarde sur disque dur externe + android 500go, sauvegardes rsync sur serveurs de stockage distant.
Là jdors tranquille ^^. Mais jsuis parano, je sais. Seulement, on l’est jms assez.

Sinon je préfère lightroom, mais parce que j’ai des amis sous Mac d’autres sur PC, et vu qu’on s’entraide, qu’on se file des « trucs », ba il me faut un logiciel compatible avec les 2.

En quoi trouves tu que lightroom est bordélique?

Sinon j’aimerais avoir de tes conseils concernant plutot « comment pouvoir automatiser au maximum les processus chronophages » … Parce que moi avec renommage sur un logiciel, tri dans plein de dossiers à la main, encadrage sur un autre logiciel, … Ca rend fou ^^

16.05.10

Les sauvegardes online sont trop lentes et passez flexibles pour moi (synchro des modifs faites sur les fichiers). De plus il me faudrait 1TO de stockage online. Beaucoup trop important.

Je vois plus une utilité pour les amateurs experts, avec moins de 200 go de données.

Lightroom a plusieurs espaces. Aperture en a qu’un.
Lightroom a un assistant export compliqué et mal présenté. Aperture n’en a qu’un.
Bref c’est la meme chose que PC et MAC. Pourquoi faire compliqué (LR) quand on peut faire simple (MAC). Aller j’avoue on frise le troll.

je ne fais rien à la main. Aperture me renomme à l’importation tous mes dossiers.

Sinon tu as des renammer, des logiciels spécialisés qui font ça bien. Concentrez-vous sur l’essentiel vos photos, pas sur les petites manies chronophages pour un workflow plus que parfait.

16.05.10

Soite pour Lightroom. A chacun de trouver avec quel logiciel il se sent le mieux.
Perso je trouve pas Lighrtroom compliqué. Photoshop peut etre, oui, mais surement pas Lightroom.

J’ai des renammer mais je souhaiterais trouver qqch qui me permet d’aller encore plus vite. Je pense je vais me pondre un script en ligne de commande au final, en se basant sur les noms de dossiers par ex…

Sinon pour les sauvegardes en ligne, j’ai un système automatisé basé sur un serveur linux qui est de toute manière allumé H24. Une fois les photos traitées mises dans un « dossier spécial » en qq sorte, il upload tout seul les photos sur Flickr dans les bons albums.

J’ai plus de 40000 photos de sauvegardés, donc je pense que vous pourriez avoir 10To que ca ne serait pas trop important encore… Mais après, il faudrait vous y retrouver.

Bref, à chacun de trouver sa solution perso qui lui convient le mieux … Merci en tout cas de nous avoir partagé le votre !

16.05.10

Bonsoir,

Juste un truc sur la netteté, je cite :
« Je déteste les filtres netteté comme précisé. Bien sur je configure ma netteté RAW sur 6-7/10. mais ça n’a rien à voir avec un filtre en post prod qui est de la retouche et non du développement RAW. »

Par contre si je ne me trompe pas, c’est le genre de réglage encré dans le raw que seul les logiciels propriétaires, DPP et Nikon NX2, peuvent lire.

Lightroom n’en tient pas compte. Aperture non plus normalement.

16.05.10

Dans Aperture, je peux aussi toucher ce reglage de netteté RAW. Pour lightroom je ne sais pas. L’effet est moins flagrant que sous DPP mais il est là.

16.05.10

Je vous remercie Merwen pour cette présentation et notamment pour les réglages d’importation qui ont redonné de l’éclat à mes photos.

16.05.10

[...] dur et un besoin conséquent de puissance pour ne pas passer 20 jours à traiter ses Raws (si si)! (voir mon article sur le Workflow). C’est toute la chaine informatique qui doit supporter une telle [...]

Réagissez !

* Obligatoires

Partenaire :

Translator

Sur facebook

Twitter

Merwen sur Flickr

We Love ParisReporterReporterI love ParisI love ParisPlace de la concorde